Ignorance et SHS dans La lettre de l’INSHS

La Lettre de l’INSHS (CNRS) vient de publier un dossier sur l’ignorance dirigé par Marie Gaille et Didier Torny. J’y contribue, ainsi que S. Becerra, B. Lysaniuk, L. Dousset, S. Boudia, P.-A Rosental, X. Daumalin, S. Lacour. Le lien de chargement est ici.

L’incertitude en pratique chez John Dewey

Je reçois la livraison de Raison publique (N°20, 2016), où je développe une analyse de l’incertitude pratique chez Dewey et quelques autres. Le texte est complémentaire de la note de lecture de la Quête de certitude et de l’article de Raisons Pratique sur l’existence incertaine des publics. Vous pouvez trouver le texte intégral sur HAL.

Les théories du complot au scalpel

Les théories du complot – qu’il vaudrait sans doute mieux appeler « arguments complotistes » pour ne pas reprendre un usage relâché du terme technique de « théorie » – semblent imiter l’enquête scientifique, par leur insistance sur l’élucidation de causes cachées permettant d’expliquer les phénomènes visibles, alors qu’elles n’en offrent souvent qu’un douteux avatar.

Sound (s like) science

Version avant épreuves de « De l’usage des notions: à propos de la ‘bonne science’ », publié dans l’Archicube, 19, 2015.

Robert Proctor et la production de l’ignorance

Je mets ici en ligne, dans une version accessible sans abonnement, un entretien réalisé avec Robert Proctor en 2013, et publié dans Critique, décembre 2013, dans le numéro « Fauteurs de doutes« . Il complète sur de nombreux points l’autre entretien réalisé pour le Journal du CNRS en 2014.

Wilfrid Sellars, Philosophe synoptique

Draft de Wilfrid Sellars, philosophe synoptique, In: Sandra. Laugier and Sabine Plaud ( Dirs), Lectures de la philosophie analytique, Paris, Ellipses, 2011, 523-. 545.

Des publics incertains (à partir de Dewey)

John Dewey, l’existence incertaine des publics et l’art comme « critique de la vie » Draft du chapitre publié dans Raisons Pratiques, « Mental et Social », Paris, EHESS, 2013, 331-347.

Le spectre de la certitude

La Vie des idées, que je remercie pour sa patience, publie ma note sur La quête de certitude, de Dewey. Ci-dessous une version plus longue et plus « brute », qui cite d’autres textes et qui aborde des points qui ne pouvaient être développés dans un format court.

L’expérience comme verbe ? Réflexions pragmatistes sur  « expériencer »

Mathias Girel, République des Savoirs, USR3608, ENS-Ulm; dernière version avant épreuves de L’expérience comme verbe ? Réflexions pragmatistes sur « Expériencer », Education permanente, 198, mars 2014. Si la méthode empirique était universellement ou généralement adoptée en philosophie, nous n’aurions aucun besoin de nous référer à l’expérience. Dewey (1925, 2012, 34). L’anglais philosophique des empiristes a une ressource que nous n’avons pas…

Perfectionism in Practice: Shusterman’s place in Recent Pragmatism 

Abstract  Building on recent texts, I give a characterization of Richard Shusterman’s specific variant of pragmatism, understood as a melioristic or perfectionist pragmatism, where ethical and political dimensions are deeply intertwined with the epistemological one. To do so, I focus on what seems to be Shusterman’s latest contribution to his interrupted dialogue with Richard Rorty…

Crystal-Clearness: For the Second-Rates

 Dernière version avant épreuves de M. Girel, Crystal-Clearness : For the Second-Rates, dans Torkild Thellefsen (Editor), Bent Sorensen (Editor), The Peirce Quote Book – – Charles Sanders Peirce in His Own Words, de Gruyter, 2014 « Crystal clearness, such as we justly require in mathematics, in law, in economics, is in philosophy the characteristic of the second-rates. The reason is that…