Pragmatisme, positivisme et vérification : Peirce critique de Comte

La Revue de Métaphysique et de morale, dans son dernier numéro, publie un article dans laquelle j’étudie les critiques adressées par Peirce à Comte, notamment au sujet de la théorie des hypothèses. C’est l’occasion de comparer et distinguer pragmatisme et positivisme…

L’article étudie la relation de Peirce à Comte, en partant des critiques formulées dans ses écrits de jeunesse. Son enjeu est double : il relève d’abord d’une question d’histoire de la philosophie étonnamment peu traitée, alors même que Peirce lit, commente et critique Comte. Le second enjeu est épistémologique et métaphysique : Peirce voit dans la théorie comtienne des hypothèses une position proche du pragmatisme qu’il développe, mais grevée de présupposés nominalistes qui la rendent finalement intenable, à moins que l’on n’en adopte une lecture « charitable ». La confrontation avec Comte semble alors être l’occasion privilégiée d’une explicitation de son propre pragmatisme.

Résumé de l’article

Référence complète: Girel Mathias, « Pragmatisme, positivisme et vérification : Peirce critique de Comte », Revue de métaphysique et de morale, 2021/2 (N° 110), p. 135-156. URL : https://www.cairn.info/revue-de-metaphysique-et-de-morale-2021-2-page-135.htm

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s