L’expérience esthétique, les pragmatistes et Old Joy de Kelly Reichardt

Matinée de formation à destination de professeurs du rectorat de Créteil,

23 novembre 2012, 9h30-12h30

220px-DanielLondonOldJoyposter

Introduction

Il s’agit de revenir sur quelques aspects de l’expérience esthétique dans le courant pragmatiste — de William James à Richard Shusterman en passant par John Dewey— en se donnant un objet concret: le film Old Joy de Kelly Reichardt, qui met en scène une expérience où quelque chose est donné à vivre et à voir, mais aussi où nous sommes transformés. A travers quelques uns des éléments fournis par ce film, je voudrais explorer l’ancrage naturaliste et somatique de l’expérience, ainsi que la singularité de l’expérience esthétique, de même que les vertus transformatrices de cette même expérience. La focale ne sera pas seulement individuelle mais aussi collective: les oeuvres d’art créent-elles un public? L’expérience esthétique revêt-elle alors aussi une dimension politique?

Advertisements

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s